Quelques métiers de mes ancêtres...

 

Batteur d'huile : Cet ancêtre était meunier, il possédait un moulin à huile. Dans la région, la production de Colza s'est beaucoup développée à compter du XVIIe siècle, mais il pouvait aussi s'agir d'huile de lin ou d'oeillette. Les tiges de colza étaient utilisées comme fourrage pour les bêtes et les graines servaient à faire de l'huile. L'huile de Colza servait à la fois à l'alimentation et à l'éclairage.
Les graines étaient écrasées entre deux meules, puis pressées, placées dans des mortiers pour la battre au pilon, on obtenait alors une pâte. Cette pâte était mise dans des sacs en jute et de nouveau "battue", l'huile s'écoulait alors. Cette appellation ne se rencontre qu'en Artois et en Brabant wallon.

Boquillon : C'est tout simplement un bûcheron...

Boucher : Le boucher était bien sur celui qui vendait de la viande de boeuf et de mouton, la vente de la viande de porc étant réservée aux charcutiers et celle des volailles aux volaillers !

Brasseur : Les gens du Nord semblent avoir, depuis toujours, préféré la bière au vin. Peut-être d'ailleurs simplement parce que la vigne poussait difficilement ! Ce brasseur devait brasser de la bière d'orge, rien n'assure qu'il utilisait du houblon comme arôme, en effet jusqu'au début du XIXe siècle de nombreuses bières de production locale étaient parfumées avec des plantes amères locales.

Bûcheron : La tâche du bûcheron était très définie, il devait entretenir les arbres, les abattre et les débiter. Une fois l'arbre sorti du lieu d'abattage, il passait en d'autres mains.

Cabaretier : Il tenait un cabaret, c'est à dire une auberge où il était possible de boire et de manger contre paiement.
 

Censier : Ce nom est resté dans le langage courant de la région pour désigner tous les agriculteurs. Il était plus précis autrefois, ce paysan payait une somme annuelle (le cens) au propriétaire des terres qu'il exploitait.

Charbonnier : Etant donné l'époque à laquelle vécurent les ancêtres qui ont exercé ce métier, on peut penser qu'il s'agissait de fabriquer du charbon de bois et non de vendre du charbon de houille. Les charbonniers, s'installaient en forêt et faisait "cuire" le bois pendant 24 à 48 heures en veillant sans cesse à ce que la meule ne s'enflamme pas... Puis il revendait le charbon de bois très apprécié comme combustible.

Cordonnier : Cet artisan fabriquait des bottes ou des chaussures en cuir.

Couturière : Le métier a pu prendre différents aspects, il peut s'agir d'une personne fabriquant totalement des vêtements de la coupe à la finition ou d'une femme chargée d'assembler les pièces de tissu coupées par d'autres.

Couvreur de paille : On appelait ainsi l'artisan qui se chargeait de recouvrir de chaume les toîts.

Cultivateur : Nom souvent employé au XIXe et au début du XXe siècle pour désigner un agriculteur.

Dentellière : Ouvrière qui fabriquait de la dentelle au fuseau. Cet ouvrage à jour pouvait être fait avec du fil de coton, de soie ou exceptionnellement d'or ou d'argent.

Domestique : Personne percevant des gages pour remplir une fonction au sein d'une maison, cuisinière, bonne, valet etc.

Fermier : Comme le censier, ce paysan paye une redevance annuelle, en nature ou en argent, au propriétaire des terres qu'il exploite.

Fondeur d'huile : Autre nom du meunier qui fabriquait de l'huile (voir batteur d'huile)

Fossoyeur : Homme chargé de creuser les tombes, d'y placer les défunts et de les refermer.

Fourbantier : Nom donné dans la région aux maraîchers-marchands de légumes.

Jardinier : Ici il s'agit d'un maraîcher qui vendait probablement directement les légumes produits.

Journalier : Ouvrier agricole qui était employé à la journée et ne possédait que sa force et ses bras.

Laboureur : Paysan assez aisé pour embaucher au moment des grands travaux des champs, des journaliers et des manouvriers. Il possédait des bêtes et des outils de culture.

Lessiveuse : Femme qui se déplaçait à domicile pour faire la lessive à l'eau chaude et au savon.

Lieutenant de village : Représentant du seigneur qui veillait au respect de la coutume et des intérêts seigneuriaux. Il collectait aussi souvent les impôts dûs localement.

Maçon : Constructeur de maison et de bâtiments en pierre.

Manouvrier : Ouvrier agricole employé à la journée qui possédait généralement une maison, une petite terre et quelques poules et moutons.

Maréchal-ferrant : Cet artisan ferrait les chevaux et les boeufs mais il donnait également les premiers soins aux animaux.

Ménagère : Il peut soit s'agir d'une paysanne possédant une petite propriété soit d'une femme qui ne travaille pas et s'occupe de son foyer.

Meunier : Quand le terme est employé seul, il s'agit de l'artisan qui moud du grain pour en faire de la farine. Il peut posséder un moulin à vent ou à eau.

Meunier d'oil : Meunier qui fabriquait de l'huile probablement de colza (voir batteur d'huile).

Perlière : Ouvrière qui fabriquait des couronnes mortuaires en perles.

Porte-balle : Comme son nom ne l'indique pas, ce commerçant ambulant vendait des articles de mercerie.

Portefaix : Ouvrier qui chargeait et déchargeait les produits solides notamment des bâteaux.

Scieur de long : Cet ouvrier débitait les troncs d'arbre en planches.

Scieurs de long

Tailleur d'habits : Cet artisan fabriquait des vêtements.

Tisserand : Métier très répandu dans la région, le tisserand fabriquait des toiles ou draps. Il pouvait être artisan et donc indépendant ou travailler dans une fabrique.

Tonnelier : Cet artisan fabriquait toutes sortes de tonneaux, futailles, muids, couramment utilisés pour le stockage ou le transport des marchandises.

Tordeur d'huile : Meunier qui fabriquait de l'huile. Ce terme vient du fait que lors de la fabrication de l'huile, les graines étaient tordues et broyées.

Valet : Domestique employé par un laboureur ou quelquefois ouvrier agricole.